mercredi 9 décembre 2015

Le besoin vital de danser

(extrait de santé-nature-innovation) transmis par Chantal

 

La danse est un besoin naturel de l'homme, comme l'eau et la nourriture. 
Face à une grande joie, notre cœur semble grandir jusqu'à opprimer notre poitrine et nous avons alors besoin de frapper dans nos mains, sauter, tourner sur nous-mêmes, chanter, serrer les autres dans nos bras, parfois même nous jeter au cou des inconnus ; nous dansons de joie ! 
Face à un grand malheur, nous faisons d'autres mouvements : nous levons les bras au ciel, nous nous frappons le front, nous nous prenons la tête à deux mains, nous tombons à genoux, nous donnons des coups de pied ou de poing, nous crions. 

Mais les mouvements que nous éprouvons le besoin de faire sont aussi variés que la palette de nos émotions : c'est pourquoi il existe des danses amoureuses, des danses de colère, des danses de fête et, traditionnellement, des danses militaires et des danses religieuses. 
Si nous ne dansons jamais, l'effet sur nous est le même que de ne pas assez boire ni manger : notre corps et notre âme s'étiolent.

Danser pour vivre ensemble

Les danses tribales et danses villageoises ont toujours joué un rôle central pour la vie en société. Elles se pratiquaient en toutes occasions. Nous le savons : danser au milieu d'un groupe de personnes, même inconnues, crée un étrange sentiment d'union. C'est en général dans ces moments que l'on ressent de profondes bouffées d'amour universel, l'envie que cessent tous les conflits, les vaines disputes. 
La danse a donc eu à travers les âges un rôle essentiel et vital pour permettre aux communautés humaines de perdurer.
 

Danser pour aimer

Est-il besoin de s'attarder sur ce point ? La danse prélude l'amour, suscite l'amour, exprime l'amour. Elle entretient l'amour aussi. Quoi de plus émouvant qu'un couple de personnes âgées, unies depuis des décennies, dansant tendrement enlacées, malgré les ans, les épreuves, les orages, mais soudées par toutes les aventures et les moments de bonheur vécus ensemble ? 

Fin de la danse : une nouveauté historique

Il y a peu, les Occidentaux avaient encore de nombreuses occasions de danser : bal populaire, bal des pompiers, bal du 14 juillet, bal du Nouvel an, bal du carnaval... Dans les classes aisées, on dansait autant, sinon plus, dans les salons. Cela commençait par le « Bal des débutantes ». Les immenses hôtels de villégiature qui furent construits dans les villes d'eaux et les stations balnéaires à la Belle-Époque (avant la Guerre de 14) étaient tous équipés d'immenses salles de bal qui s’illuminaient tous les soirs. 
Et c'était ainsi dans toute l'Europe : les femmes portaient des robes de bal, les hommes portaient « l'habit » ou le « spencer » spécialement prévus pour mettre en valeur la tenue de leur cavalière, les militaires avaient des « tenues d'apparat » elles aussi pensées pour la danse. Et ces traditions remontaient facilement aux cours royales, Louis XIV, François 1er… et même jusqu’aux seigneurs du Moyen Âge qui dansaient à la musique des ménestrels dans leurs châteaux ! 

Autant dire que le fait que nous ayons cessé de danser depuis quelques décennies est une nouveauté radicale et absolue. Il reste bien sûr les technoparades et les rave-partys, mais les boîtes de nuit et « discothèques » elles-mêmes sont pratiquement passées de mode. La folle jeunesse qui dansait le « twist », que l'on voyait encore dans « Les tontons flingueurs » et le « Gendarme de Saint-Tropez », des films qui ont cinquante ans maintenant, n'existe plus.
 
Heureusement, la danse n'a pas entièrement disparu de notre société : beaucoup de jeunes pratiquent les danses de rue (break-dance, hip-hop, tecktonik). Même si les rappeurs sont en général assez statiques, certains dansent et tous sont entourés de danseurs/danseuses réalisant des chorégraphies souvent imitées par les jeunes. 

Les risques d'être privé de danse

Ce sont davantage les adultes et les personnes âgées qui ont malheureusement beaucoup moins d'occasions de danser qu'autrefois. C'est vraiment à eux, donc, de réfléchir à ce qu'ils perdent, et de se prendre en main pour redécouvrir cette activité si saine et nécessaire. 

Les inconvénients sont nombreux : d'abord, la danse ne remplit donc plus son office, à savoir favoriser rencontres, séduction, rapprochement et réconciliation. 
Nous sommes ainsi privés d'un moyen essentiel et vital d'exprimer et partager nos sentiments. 

Mais le problème est également physique : la danse est extrêmement exigeante pour le corps. Elle réclame de la force, de la coordination, de la précision, de l'équilibre… mais aussi de la souplesse et de la grâce. Les danseurs se tiennent mieux, c'est bien connu. Ils marchent d'un pas sûr et alerte. La danse fait travailler tous les muscles, exerce le cœur, et stimule puissamment les capacités psychomotrices. Danser régulièrement, jusqu'à un âge avancé, permettait évidemment de maintenir une bonne forme physique, joignant ainsi l'utile à l'agréable. 

D'un point de vue médical, la danse aide à prévenir la maladie de Parkinson et d'Alzheimer. Elle est forcément utile contre le diabète, l'obésité et les maladies cardiaques. Elle est très antidépressive. 

Des cours de danse de salon existent dans la plupart des villes. Des psychologues et des médecins proposent de la « danse-thérapie », également pour accélérer la convalescence. 

Les femmes paraissent en général plus motivées mais ma conviction est que les hommes le sont tout autant. Simplement ils sont plus orgueilleux, ils ont davantage peur du ridicule, ils craignent aussi de ne pas y arriver… 

Mais une fois qu'ils s'y mettent, qu'ils dépassent leurs réticences, ce sont eux alors qui « mènent la danse » et qui épuisent leur partenaire. 

Alors, Mesdames, n'hésitez pas à inscrire de force votre partenaire à un bon cours de danse. Vous n'en tirerez que des bienfaits.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire