mardi 13 juin 2017

Lautenbach, on arrive !



Lors d’un bal à Besançon, des amis danseurs nous invitent à découvrir le festival de Lautenbach (Haut-Rhin) pour le week-end de Pentecôte 2017.
Renseignements pris, Sylvie nous réserve un chalet dans un camping à Issenheim et c’est parti pour deux jours de belle musique et de danses.
Arrivée sous la  pluie et découverte du fonctionnement du festival, des lieux, du programme :
Autour de la Collégiale romane, une scène de concert dans la cour et une scène pour ateliers et bals sous les tilleuls ;
une scène de concert sous le porche et des concerts dans la Collégiale ;
à l’ancienne gare, deux scènes d’ateliers et bals.
La pluie ne gêne pas nos déplacements d'autant plus que Dédé, fort galamment, rapproche le véhicule en fin de bal !
Le dimanche au réveil, le soleil nous emmène en balade dans les environs. Nous cueillons des coquelicots qui – si Isabelle les laisse sécher tranquillement ! – serviront à concocter de délicieuses tisanes.
A notre retour au camping, nous découvrons que nos voisins sont des musiciens de Suisse et que dans le chalet plus loin sont hébergés les danseurs d’Italie.
Un magnifique Bal Sauvage démarre ! Instant magique !
Petite collation et petite sieste et nous voilà fin prêt pour la dernière phase du festival.
C’est un festival de bourrées en ce début d’après-midi et nous plaçons quelques chorégraphies, nous qui avions eu le « Blues de l’Auvergne » la veille - titre d'une très jolie bourrée jouée tantôt.
En fin de bal, Bernard Coclet nous salue et nous donne rendez-vous à la Grange Rouge pour réaliser un Vancouver à 12.
Il n’est dans la tradition de ce festival de terminer les bals par un Bœuf des musiciens. Et bien la Bourgogne fait changer cela : sous le charme d'Isabelle, Mickaël sort son nickelharpa de sa housse et joue une polska et une polka.
Fin de festival en douceur, en sourires et en amitiés.
Lundi matin, Mylène propose de faire une visite de Colmar qui n’est pas très loin. Elle nous guide dans le centre-ville de la Petite Venise où nous voyons des cigognes à défaut de chamois et grands tétras.
Puis c’est le retour en Bourgogne.

Danse improvisée au camping:
Balade dans les vignes alsaciennes, cueillette et séchage de coquelicots :
 
 Colmar, quelle belle ville:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire